Print

Outre les effets physiques de la méditation déjà indiqués en page 7, on peut confirmer les effets bénéfiques d'une pratique quotidienne de la méditation sur la santé générale. On note des changements hormonaux intéressants à long terme (mélatonine, TSH, hormone de croissance, prolactine), des changements électro-encéphalographiques et dans la circulation sanguine (WISNESKI L. et ANDERSON L., 2005).

Le centrage sur la respiration est fondamental dans la méditation et l'on sait que quand quelqu'un a peur, est anxieux, agité ou distrait, sa respiration a tendance à être superficielle, rapide et irrégulière. Quand le psychisme est calme, concentré et attentif (ce qui est le cas en méditation), la respiration a tendance à être lente, profonde, et régulière.

On peut se référer également aux travaux de l'Institute of Noetic Sciences (http://www.noetic.org).

Certaines applications de la méditation (visualisation sur le corps) sont incluses dans des méthodes thérapeutiques comme celle de Carl SIMONTON. C'est le domaine de la psycho-neuro-immunologie.